Andreas Lubitz a-t-il lu Harry Potter ?

La descente à pleine vitesse vers les reliefs des Alpes de Haute Provence avec un Airbus A320 n’est-elle pas la reproduction avec les moyens que venait de lui confier le commandant de bord de la course en chariot de supermarché vers le mur en brique de la station King’s Cross, sur le quai menant à la plateforme 9 3/4 ?
Afin de rejoindre un monde merveilleux qui avait bercé son enfance, en y entrainant le petit groupe de 149 qu’on lui avait confié, quitter ce monde qui ne le satisfaisait pas, et dans lequel il ne voyait guère d’issue malgré ses nombreuses consultations médicales, les médicaments psychotropes qu’il s’était fait prescrire et qu’il prenait ou ne prenait pas (ou plus), ses problèmes de vision sans diagnostic ou traitement qui menaçaient sa carrière aéronautique et sa réussite professionelle après une rupture sentimentale.

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*