Réforme : pourquoi pas Polytechnique ? X l’inconnue de Shangaï !

A l’heure où les résultats se font attendre, pour le président et le gouvernement, la seule façon d’exister est de promettre et, pourquoi pas, de faire des réformes. Ça ne mange pas de pain, ça montre que l’on fait quelque chose, c’est moderne.
Une réforme de plus, c’est toujours bon à prendre, il suffit, une fois de plus, de prendre le train des nombreuses réformes concoctées de longue date au sein de cénacles restreints autoproclamés obéissant à l’agenda de groupes d’influence puissants, qui travaillent notre société et en constituent l’élite de fait.
L’un des plus récents rapports (30/09/2014) est issue d’une réflexion parlementaire « L’X dans l’inconnu » menée par le député UMP (« Les Républicains ») François Cornut-Gentille  maire de Saint-Dizier, spécialiste de sondage, dont la conversion réussie à la politique, déjà ancienne ne doit peut-être rien au népotisme reproductif de ce milieu. Son intérêt pour la Défense, exigé par la protection de ceux de sa ville, lui a mis l’école Polytechnique, dans sa sphère d’investigation par son appartenance à des commissions ad hoc où il a pu cotoyer Bernard Cazeneuve, comme aussi probablement Manuel Valls en tant que président du groupe d’amitiés parlementaires France-Espagne.

Il conviendrait pour bien faire de s’appuyer sur les conclusions d’un rapport confié à un nom célèbre, pour écarter toute discussion par effet d’autorité et ne pas apparaître comme l’instigateur responsable des mesures proposées.
Quoi de plus incontestable que de confier cette tâche à un brillant specimen de polytechnicien, ancien élève de l’école (et enseignant), ingénieur du corps des Mines, conseiller d’état, énarque, auteur de plusieurs rapports aux gouvernements, membre d’une mission visant à rapprocher les universitaires et les grandes écoles, essayiste et écrivain.
A défaut, ou à dessein, s’adresser à Bernard, plutôt qu’à Jacques, un énarque (72 ans), à la carrière dans le milieu bancaire, senior advisor de TPG Capital, président de la Financière de I’Audière, European
senior advisor, Bank of America/Menill Lynch, administrateur de TDF et d’lnternational Power, administrateur de Numericable connu pour son passage à Air France fera l’affaire, le rapport s’appellera toujours Attali !
Jean-Yves le Drian, en bon petit soldat viendra un samedi, sur place à Palaiseau proclamer les bonnes idées de ce rapport commandé par Valls.
Déjà depuis quelques années la gouvernance de cette école militaire au passé bi-centenaire a été remodelée, confiant sa direction à une présidence civile aux pouvoirs élargis, signe précurseur d’une dérive à la Sciences-Po sous la férule d’un Richard Descoings !
La déstabilisation vient de l’étranger, habilement distillée, depuis des années, sous forme de classement de Shangaï, adopté par nos élites mondialisées, qui rêvent de s’y conformer.
Pour la Patrie, les Sciences et la Gloire, est une devise qui n’a plus cours !

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*