La Chutzpah d’Emmanuel Macron, récompensée à 24 % pour ce candidat soutenu par Attali, Bergé, Cohn-Bendit .. et maintenant le CRIF.

(c) Reuters http://www.lejdd.fr/Politique/Bains-de-foule-pour-Hollande-et-Macron-au-diner-du-Crif-849413

Image à 3 :  comment l’ex secrétaire général adjoint de l’Elysée et conseiller très proche, traite le Président de la République ( sous le regard de son épouse ?)

Quel beau résultat d’une parfaite organisation, et d’une audace personnelle évidente. Qui il y a un an aurait donné une chance sérieuse à la démarche de cet homme encore jeune, jamais élu, et peu connu du grand public, tout au plus l’aurait on qualifiée de maneuvre habile au profit du futur candidat pour rallier des jeunes et des électeurs de droite afin de constituer un matelas de supplétifs tant nécessaire.

Pour réussir en politique il vaut mieux être beau, et par les temps qui courent être jeune ne fait pas de mal, savoir garder une voix grave c’est semble-t-il plus difficile en fin de meeting.

L’affirmation de soi, quitte à surprendre !  Une organisation parfaite, en particulier dans le calendrier,  l’échelonnement et la progressivité des actes, témoigne d’une planification redoutable.

Tout d’abord se faire connaître des patrons et du milieu économique voire des média par des contacts discrets en tant que secrétaire général adjoint de l’Elysée, valorisant son accès étroit au Président.

Surtout se faire connaître du grand public et donc des électeurs en tant que ministre des finances, poste déjà utilisé  à cette fin par VGE,  ministre du général de Gaulle, anticipant la mort de Pompidou, par des causeries au coin du feu, de nos jours il s’agit plutôt d’apparaître dans les émissions de Canal.

L’introduction de mesures symboliques, mais sympathiques, comme les cars de ligne à bas prix, contribuant cependant à l’endettement des transporteurs routiers régionaux auprès des banques, pour importer des autocars allemands aux standards modernes, et les assujettir en franchise à une billeterie Internet allemande déjà rodée, tout en augmentant les gaz à effets de serre de nos déplacements,  en fragilisant l’équilibre économique de la SNCF et en versant une obole aux sociétés privées d’autoroute.

Négocier au nom de l’Etat avec les sociétés d’autoroute, mais se prévaloir du secret des affaires pour en dissimuler les dispositions exactes.

Montrer une grande sollicitude du débat parlementaire tout en évitant d’être le parrain d’une loi sur le travail.

Lancer un mouvement politique dans l’ambiguité la plus  totale, quant à une éventuelle candidature, mais outil suffisament personnel, pour lui attribuer ses propres initiales.

Et Merde !

(pour un homme de théâtre ça porte chance dit-on c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses proverbe auvergnat)

Le positionnement est habile, ni droite ni gauche, ou droite et gauche à la fois, positionnement risqué et qui jusque là n’a pas souri à grand monde. Mais positionnement original, décalé, apte à attirer les décus et les nouveaux venus. De plus comment apparaître sincère et faire autrement ?

Passer pour un homme du peuple alors que l’on sort de l’ENA ? pour un homme de gauche alors qu’on a gagné 3 millions d’€ en 4 ans à la Banque Rothschild ?
Passer pour un homme de droite sous prétexte qu’on est pas socialiste, mais alors que l’on est l’un des conseillers intimes du président socialiste, secrétaire général adjoint de l’Elysée, plus au fait du pacte de responsabilité que le premier ministre avant de réussir à se faire nommer ministre de  son gouvernement.

Tel Batman, le super Héros a une essence de chauve-souris comme dans la fable de la Fontaine.

Utiliser son poste au gouvernement pour peaufiner sa stature d’homme politique, et assurer repas, entretiens et déplacements.

Rester au gouvernement pendant les vacances où il ne se passe rien, afin de bénéficier de la couverture médiatique de VSD et Paris Match, en tenue de plage, avec Madame, suscitant l’intérêt des français pour un jeune ministre, jeune homme autrefois déjà pressé, victime possible et consentante d’un détournement de mineur par personne ayant autorité qui,  20 ans après sa majorité, ne peut faire l’objet de poursuite.

Démissioner de soi-même avant (ou afin ?) d’apparaître en conflit avec le gouvernement et le Président, assez tôt pour en apparaîttre dissocié quelques mois après lors de l’élection.

Laisser au Premier Ministre Manuel Valls le soin d’apparaître comme le fossoyeur de la candidature Hollande après la primaire ayant plébiscité comme candidat assuré.

Ecrire (?) et surtout publier un livre « Révolution », ouvrage programmatique, qui laisse l’analyste sur sa faim, et dont le nom rappelle les paroles de Lampedusa  » Il  faut que tout change pour que rien ne change ».

Récolter de l’argent notamment à l’étranger, mais aussi impliquer des bénévoles en présentant le mouvement comme hors des partis politiques classiques.

Comptabiliser des inscriptions gratuites sur internet comme des adhésions.

Pour constituer le programme la méthode est simple, il ne s’agit pas d’avoir de convictions, ni de vision ou d’analyse approffondie, mais d’envoyer les équipes de bénévoles rapporter les questions et les réponses que les gens veulent entendre, puis les rassembler en sachant les présenter sous leur meilleur jour.

Pour les retraites par exemple il ne s’agit pas de dynamiter les régimes spéciaux, ou de reculer l’age de la retraite, mais sous prétexte de « pour chaque euro cotisé le même droit à cotisation pour tous » de comptabiliser des points ..  pas d’engagement mais le résultat sera le même,  rejoignant des positions vues chez NKM, qui se flatte elle aussi d’avoir démissioné de son corps d’origine.
Pour l’assurance chomage, la suspension de l’allocation en cas de refus d’offre raisonnable, enlève toute consistance à l’extension généreuse aux salariés démissionnaires tout les 5 ans, qui se verront plus difficilement proposer des départs négociés.

Provoquer des ralliements, y compris de membres du gouvernement avant le premier tour en évitant  d’insister sur les plus problématiques comme celui de Manuel Valls au mépris de ses engagements de primaire.

Distribuer à quelques jours du vote des millions d’exemplaires d’une petite brochure programme en couleurs de 32 pages, alors qu’aucun autre candidat ne fait de même.

Passer en tête au premier tour, alors que les sondages et même les premières estimations le donnaient au coude à code dans le groupe des 2 premiers, devançant Filllon de 4 %, éliminé à 1,5 % de la qualification, pour fêter avec les siens à la Rotonde,. après une échapée filmée en direct à moto depuis son QG, jusqu’au théatre réservé pour se faire acclamer par les siens avec une brève apparition de son épouse dans une mise en scène présidentielle digne d’une élection finale américaine.

Garder une autorité totale sur les investitures pour les prochaïnes légistatives, au sein d’une commission ad hoc, au fonctionnement obscur, non soumis aux délibérations démocratiques de partis constitués.

Faire preuve de leadership, devenir un grand Conducator, et attirer les followers en jouant du pipeau comme dans les contes l’on fait de la flûte pour amener les Lemmings en marche, en file indienne, vers leur destin.

Rastignac doué venu du Nord conquérir Paris, pour bâtir une France nouvelle.

Bravo vous êtes sur la bonne voie.

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans General, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La Chutzpah d’Emmanuel Macron, récompensée à 24 % pour ce candidat soutenu par Attali, Bergé, Cohn-Bendit .. et maintenant le CRIF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*