Vers un 2ème quinquennat Macron ?

Oui, selon toute vraisemblance Emmanuel sera élu dimanche prochain.
Il entamera alors son deuxième quinquennat, lui qui était déjà à l’Elysée 5 ans avant, acteur de l’ombre, puis officiellement en charge de l’économie à la vue de tous, ne quittant ce rôle proéminent à défaut d’être présidentiel, que quelques mois seulement avant l’échéance, afin de terminer sa charge en marche vers le pouvoir jupitérien.
L’Enarchie sera respectée, éliminant les Le Pen, , Mélenchon, élus placés qui n’en font pas partie, continuant une belle continuité depuis VGE, seuls Miterrand de l’ancien monde et Sarkozy en constituant les exceptions à ce jour, saluant la participation pour l’honneur de deux anciens, trop précurseurs ou trop réveur.
Le dernier débat a révélé l’avantage de cette formation ou sélection, assurant une maitrise du discours donnant l’image d’un présidentiable, malgré la vacuité du contenu, face à une contradictrice, qui s’est sans doute trompée de stratégie ou de contexte cherchant à provoquer comme Ségolène face à Nicolas, la desrabilisation qui ne se produira pas, au risque d’apparaître comme inutilement aggressive et potentiellement incompétente.
La continuité dans le changement, il continuera ainsi la politique qu’aurait aimé faire son officiel prédécesseur chantre du changement.

Le changement c’était il y a 5 ans, ça l’est encore aujourd’hui, c’est toujours maintenant.

Mais ce premier quinquennat inachevé de son propre aveu car empêché, par une majorité un brin frondeuse, et l’absence de pédagogie auprès des français, pourra-t-il se poursuivre, au delà des législatives si aucune majorité adapté ne se dessine ?
Les français auraient-il eu l’innocente malice d’éliminer succesivement tous les prétendants sérieux à la magistrature suprême, pour y placer un individu sans poids personnel, élu par défaut, afin de réduire le pouvoir présidentiel extraordinaire, souvent mal employé et se complaire dans les délices de la cohabitation, règlant par ce choix, les défauts de la constitution et du système électif amendé de façon brouillonne par la réforme du quinquennat et l’inversion du calendrier des élections !

Ce contenu a été publié dans General, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*