La retraite à 45 ans pour tous ?

Grâce au coronavirus la vision de nos dirigeants s’est élargie, et un nouveau concept s’est fait jour.

La retraite à 45 ans !

Ou plutôt le travail à l’extérieur jusqu’à 45 ans, pour assurer les tâches essentielles de l’économie, dans le cadre d’une procédure éclairée de déconfinement adaptée.
Compte tenu des caractéristiques de sélectivité liée à l’age, maintenant bien établies, du Covid-19, il est apparu essentiel de minimiser le risque encouru par les individus appelés au travail.
Au dessus de 45 ans le risque s’accroît, ce seuil corresponds d’ailleurs de longue date à l’age auquel les entreprises et par mimétisme les administrations ont pris l’habitude de ne pas recruter, ou de ne pas conserver les salariés, craignant une moindre docilité du personnel, un coût plus élevé et des indemnités de licenciement plus lourdes.
Grâce au Covid-19 les employeurs se verront d’emblée ôter ce souci.
En effet le code du travail sera remanié afin de fixer à 45 ans l’age limite du travail. Les générations plus agées pourront alors restées confinées chez elles ou dans des résidences fermées pour seniors.
En contre-partie afin de ne pas renchérir le coût du travail (toutes charges comprises) pour l’employeur, et conserver la compétitivité de notre économie, la durée légale du travail sera fixée à 60 H avec maintien du salaire net précédent sur la base de 35 H.
Toutefois des dérogations seront possibles, en cas de télétravail, sur demande de l’employeur, ou à la demande de l’intéressé pour les cas où une expertise psychologique le justifierait, et ce jusqu’à l’age de 75 ans.
Les salaires éventuels versés au delà de l’age limte de 45 ans ne pourraient être supérieurs à ceux perçus à cet age. Les grilles de la fonction publique seront revues en conséquence.

L’ensemble de ces dispositions ont été adoptées dans le souci d’assurer un équilibre des retraites, et permettre le remboursement de la dette publique.

Le financement de la grande dépendance nettement allégé par l’évolution démographique constatée à l’occasion de l’évènement Covid-19, sera rendu pérenne par le maintien de dispositions adaptées dans la gestion des EHPAD et EMS, ainsi que l’introduction progressive de nouvelles possibilités innovantes relatives à la libération des fins de vie et au respect du droit de mourir dans la dignité, tant réclamées.

Ce sont les principales dispositions que le gouvernement s’apprête à adopter par ordonnance, avant la fin du mois, mais selon les milieux bien informés il n’est pas certain que le président Macron les annoncera dans son discours à venir de lundi soir.

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*